• skinhead

    Skinhead
    je regardais avec un pinçon de nostalgie , le tatouage en forme de toile d'araignée qui ornait mon coude.
    j'avais les 35 balais a présent, elles étaient loin les années 90.92 . qu'etait devenu mes potes?
    tu fais quoi fredo? et vous eric, gg ,chris?,et toi pat ? mes 5 potes de baston.
    a l'heure actuelle , ça ne ferait pas de mal qu'on reprenne la ville en main, mais on serait plus a 6 contre 10 !on serais a 6 contre 100 .. tellement y'en a .
    de 1990 a 1992 on a tenu la ville de caen a la force du poignée et de la batte si je puis dire .
    c'était le début de l'envahissement de nos villes par tous ces maudites cailles, qui d'habitude restaient a l'écart, entre eux.
    c'etait debut 90 qu'avec les potes ,tous chômeurs pro ,comme moi , lors d'une soirée , on s'etais dit qu'il fallait faire quelques chose contre toute cette racaille.
    bien sur on était pas assez nombreux, mais chaque baston perdue , était une victoire car on rechopais un par un les racailles qui nous étaient tombées dessus et la attention, le gars il dérouillait grave.
    on a jamais tué personne mais on en a salement amoché certains lors de nos descentes.
    etre skinhead j'avais ca dans le sang, ca coulait dans mes veines depuis tout petit déjà, j'en était persuadé , c'etait toute ma vie, encore maintenant, meme si le mouvement a quasi disparu.
    le soir de la création du groupe, une osmose s'était faite, on avais tous entre 18 et 20 ans , un age ou les certitudes sont définitives.
    on s'est tous rasé la tête le même soir avec la même tondeuse , pour que la symbolique soit encore plus forte.
    le lendemain on avait cassé nos tirelires pour acheter tous le matos nécessaire du bon skin.
    on avais même trouvé des batte de base ball a monoprix, des battes en allu, exactement ce qu'on cherchais.
    la solderie U.S du coin nous avait remplit de bonheur quand on avais découvert nos futur bombers vert ou noir, moi le mien je le voulait noir.
    les insignes nazi ne se vendaient pas chères a l'époque et on s'est tous demmerdés pour faire de la couture sur nos bombers et y faire tenir les patchs SS
    pas de chef de bandes , juste moi qui prenait des décisions parfois, ho les décisions étaient simple c'était " baston ou pas baston"
    j'avais des 10ene de livres plus ou moins légaux sur le nazisme, hitler et autre source d'inspiration haineuse.
    on n'était pas sorti dans la rue comme ca en skin tout neuf. on s'étais d'abord entrainés au combat.
    toute façon on avais que ca a foutre , le peu de chômage qu'on touchait nous suffisait largement.
    ma mère avait fait une crise en me voyant avec ce look, meme si elle ne savait pas trop ce que ca signifiait elle se doutait bien que ca allait m'attirer des emmerdes, mais s'etait gardée de me le dire
    on a donc passé deux mois ,a s'entrainer de facon intensive aux techniques de combat de rue , avec ou sans batte. mon corps s'était développé , cet entrainement commando journalier , fut tres tres dur au debut , on etais tous démolit de douleur les deux premières semaines , mais notre foi et notre but était tellement clair et fédérateur que rien n'aurait pu nous décourager a l'époque.
    on savais se battre , la rue nous attendais, pleine de tas de merde a démolir.
    on a pas mis longtemps a se préparer les premier soir, on a bu quelques coups et attendu que la nuit soit bien avancée pour enfin faire le tour de la ville, batte de baseball , dans la manche du bombers.
    pas très pratique en fait.
    on est tombés très vite sur deux cailles, qui nous on maté avec des yeux gros comme des pastèques, ils avaient du entendre que le mouvement skin était bien vivace a paris ,mais devaient pas s'attendre a en voir ici a caen dans SA vielle, non dans MA ville.
    il s'est alors engagé une course poursuite, ils galopaient comme des lapins les petites cailles, ils gueulaient dans leur langue et on a vu des têtes qui pointaient a l'horizon.
    au finalement après un bonne 10ene de minutes de course on s'est trouvé devant un bar, les melons étaient cuits .
    dans le bar ou ils venaient d'entrer , on a vu sortir 8 mecs dont nos deux terreurs, bien décidés a nous foutre une bonne purge.
    pas de bol ,on a peine sorti les battes de nos manches que déjà ,deux des mecs se sont cassés.
    6 contre 6 autant dire que c'était mort pour eux.
    un gros rush d'adrénaline est monté en puissance quand les premiers coups de batte ont étaient donnés .
    j'ai vraiment tapé fort ce soir la ,comme si des années de haine sortaient a chaque coup que je pouvait donner.
    j'ai du péter le bras d'un de ces gus tellement j'ai frappé fort, a un moment j'ai posé la batte pour en finir un a terre a grand coup de latte dans la gueule.
    on étais assoiffés de violence, je vivais , c'etait la fête pour moi, la mega éclate.
    chris a pris deux ou trois gnons, patrick et les autres s'en sont sorti sans aucun bobos.
    on exultais sur le chemin du retour , racontant chacun des coups donnés et les mimant dans la rue.
    puis on est rentrés chez fredo, yavait que lui qui avait un appart.
    désormais on devait être prudent et surtout pas picoler avant une sortie, car on avait eu du mal a suivre ces macaques lors de la poursuite.
    et les poursuites y'en a eu , parfois c'était nous qui nous faisions courser, et pas par 10 mecs , mais 20 voir 30 et la il ne fallait pas glisser sur une merde de clébards.
    le jour on ne sortais jamais tout seul en ville au minimum 3 mecs car on commençais a être connu, ça faisait plus de 8 mois qu'on bastonnais 3 voir 4 fois par semaine.
    a croire que les cailles devenaient de plus en plus organisés car , on se faisais souvent choper par 10 mecs dans notre propre quartier.
    j'écoutais de la oi/rack en boucle chez moi, je ne sortais de mon plumard que tard dans la journée, souvent courbaturé, et cherchant en vain a masquer les cocars que j'avais sur la gueule.
    puis un jour christophe est venu chez moi, habillé en "civil ", il était blanc comme un mort, en pleine panique.
    " fredo est a l'hosto! ya eric qui la trouvé chez lui , il s'est fait défoncer la porte de son appart cette nuit et ils l'ont tabassé a mort, il est dans le coma a ce que m'a dit eric!
    on a filés direct a l'hosto, j'ai été obligé de tirer mon bombers couvert d'insignes nazi, en dessous s'était pas mieux j'étais torse nu ,et couvert de tatouages, pas eu le temps de m'habiller.
    finalement j'ai du remettre mon bombers .
    fredo était entre la vie et la mort, plongé dans un coma profond selon les médecins.
    il avait le visage bleu, déformé, les bras plâtrés, les jambes plâtrées, ils l'avaient massacré.
    même nous on savait s'arrêter, mais eux ces racailles n'avaient aucune loi c'étaient des animaux, chose que j'avais toujours pensée!
    avec eric et chris on est parti a l'appart de fredo .
    j'ai appris des jours plus tard que GG et pat s'étaient barré de la ville quand ils avaient su que notre tete ne tenait plus qu'a un fil.
    on est jamais arrivés a l'appart de fredo, 20 mecs nous sont tombés dessus, on s'est battu comme on a pu et... un trou noir, je me suis réveillé a l'hosto, plus tard dans la nuit.
    aucun de nous n'était mort, même fredo , qui a pris plus de temps a se remettre s'en est sorti. et peut etre mieux que nous tous, car j'ai appris qu'il était mariés , avec une bonne situation.
    quand aux autres, après notre virée a l'hôpital , ils ont définitivement raccrochés et le groupe des 6 s'est dissout
    je me suis enfermé chez moi plus longtemps que je ne l'aurait cru, j'avais toujours cette haine en moi, cette lucidité qui faisait de moi un mec qui avait la rage au ventre.
    je suis parti paris , découvrir le monde skin de la capital au début 93 , et je suis tombé sur des gens bêtes , qui ont pris peur quand les racailles se sont mises a faire de la boxe thai.
    le mouvement s'est essoufflé fin 93 début 94
    . j'ai pas d'enfant pas de vrai vie , juste un boulot qui me passe le temps, ma mère est morte depuis 3 ans.
    et si je rappelais mes potes , bon peut être pas fredo car il est marié, mais les autres au moins déjà pour savoir ce qu'ils deviennent et pis peut être que si ils ont toujours ca en eux on pourrais ptetre refaire le groupe .


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    chris10
    Dimanche 7 Août 2011 à 19:23

    tres bien ecris ce texte toute une epoque bien trouver david

    2
    davidnonoise Profil de davidnonoise
    Dimanche 7 Août 2011 à 21:23

    ouais et tes dedans dans ce texte,veinard

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :