• putain de nuit noire


    Nuit noire
    un chemin a faire en pleine nuit, ca m'a toujours fait flipper ,que ca soit en ville ou en campagne.
    cette nuit la un brouillard épais s'avançait devant moi aussi vite que la cuite que je tenais disparaissait au fur et a mesure que j'avançais vers lui.
    je n'avais pas mesuré son épaisseur jusqu'au moment ou je suis entré dedans . du jamais vu, je ne voyais même pas a deux mètres, ca m'a dessoulé de facon définitive.
    plus aucun repères, j'avais ralenti ma marche active de mec qui flippe la nuit quand il rentre chez lui. c'etait pas tres loin chez moi , a peine 3 kilometres a faire a pied.
    durant un instant je me suis demandé si je n'allais pas faire demi tour pour aller chercher ma voiture , laissé chez mon pote, qui heureux comme un pape et bien défoncé avait planqué mes clefs de bagnole pour faire sa bonne action du jour.
    " tu ne conduiras pas ce soir t'es bourré, imagines si tu te fait choper par les lardus je me sentirais coupable"
    il se marrait en me sortant ces fadasses.
    comme un con j'ai abdiqué a ses sornettes dans un élan de lucidité; ce con avait raison.
    j'avais deux grammes au moment de partir, mais la j'etais frais comme un gardon, les sens en éveil. je maudissait le fait d'etre grand fan de film d'horreur et d'etre dans un lieu propice a un crime atroce, digne des plus grand scenar fantastique.
    et si un mec surgissait avec une hache pour me décapiter en deux seconde? et si un monstre enorme me bondissait dessus pour me dévorer le bide.. il serait lui aussi bourré vu ce que je devais encore tenir!
    et si, une voiture folle me fonçait dessus sans que je l'entende? et si la terre s'ouvrait sous mes pieds pour laisser jaillir des tentacules de 50 mètres de long qui me choperaient par la gorge?
    et si, il ne se passait rien!!
    je revenais a la réalité, mes jambes avaient repris de leur consistance et j'étalais a nouveau la foulée pour rentrer au plus tot.
    chuuuuut putain un bruit sur la droite!!! je me suis arrêté direct pour écouter a nouveau, les mains sorties des poches pres a bastonner le premier tueur en série qui viendrais me trouer la paillasse.
    non rien ya rien
    putain de brouillard je voyais que dalle mais alors vraiment que dalle.
    toute façon s'etait tout droit, ou presque...
    j'etais arrivé a un feu et a ce moment la j'ai entendu une caisse au ralenti, j'ai vite mis ma carcasse d'ivrogne sur le trottoir pour la laissé passer.
    le mec ne voyait rien il avait la gueule collée au pare brise, nos regards se sont croisés ,on a du avoir la même tête ahuri au même moment.
    il fout quoi dehors a cette heure lui, qu'il a du se demander en même temps que moi.
    je ne voyais plus que ses feux quand un bruit de course s'est fait entendre derrière moi, quelqu'un me courrais après.
    j'ai pas réfléchis plus de un quart demi fraction de seconde que j'ai détalé comme un lapin, il me restais deux kilomètres a torcher et je comptais les faire avec mon corps entier sans en laisser la moitié dans les lames d'une tronçonneuse.
    j'etais a fond je suffoquais comme un bœuf au bout de 2 minutes, avec les bruit de pas juste derrière moi, putain c'est pas possible c'est karl lewis ce mec ou quoi??!!!
    je me suis arrété pour me planquer derrière un arbre , de toute façon vu le brouillard il pouvait pas me voir.
    les pas se sont rapprochés encore et encore jusqu'a ma hauteur et j'ai vu passé, j'ai vu passé une espèce de biche qui courrait tranquillement sur cette maudite route de campagne.
    les pas etaient assez fort pour me faire penser a ceux d'un mec qui me cours aprés. ( mais quel mec putain???)
    la biche a du me voir ou m'entendre rire un peu car elle s'est vite taillée au triple galot .
    et je pense que c'est quand je suis sorti de derrière l'arbre que la voiture m'a percuté. je sais meme pas si j'ai eu mal mais il parait que j'ai volé sur 20 mètres..
    le pire dans tout ca c'est que , quand je me suis réveillé dans ma chambre d'hosto avec deux millions de fractures .
    j'ai appris que la voiture c'était la mienne ,conduite par mon pote bourré, qui dans un sursaut de sympathie ne voulait pas me laissé rentrer pied, sa second bonne action du jour venait de tomber a l'eau.
    ca m'a fait marrer de savoir que ce con avait bousiller ma voiture , bousillé son pote, et avait fini au poste pour conduite dans un etat d'alcoolémie avancée et le plus drôle c'est qu'il a du se taper a pied les 10 bornes qui séparaient le commissariat de son appart.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :